Les essais nucléaires et la stimulation

D'abord aériens, les essais nucléaires français étaient réalisés, depuis 1975, dans des puits souterrains profonds. En mars 1996, la France a décidé de stopper tous ses essais.

Les essais nucléaires

Les essais nucléaires avaient pour but d'améliorer le fonctionnement et de mettre au point de nouvelles armes. Ils consistaient à faire exploser une charge nucléaire. Leur réalisation en souterrain permettait une dégradation moins importante de l'environnement et une analyse plus complète des phénomènes. Au cours d'un essai, les paramètres de fonctionnement du dispositif expérimenté étaient mesurés.

Le conteneur et le puits de tir

La charge expérimentale, les capteurs et les chaînes de mesure prenaient place dans un conteneur, un cylindre d'acier d'environ 25 m de long et 1,20 m de diamètre. les résultats des mesures étaient immédiatement envoyés vers la surface, par fibres optiques, avant la destruction complète de l'appareillage par l'onde de choc due à l'explosion. chaque essai nécessitait le forage, jusqu'à une profondeur comprise entre 600 et 1 000 m, d'un puits vertical de 1,50 m de diamètre. Le conteneur était disposé au fond du puits, lequel était ensuite comblé par des roches et du ciment. Après l'essai, un 2nd forage de petit diamètre était pratiqué jusque dans la cavité produite par l'explosion, pour y faire des prélèvements qui étaient ensuite analysés. Le 2e forage était alors rebouché, laissant en l'état dans le sous-sol les déchets de l'explosion.

La simulation des essais nucléaires

Pour éviter d'avoir recours aux essais nucléaires, le programme palen de simulation des expérimentations nucléaires a été mis au point. Il serait en effet possible de prévoir le comportement d'une charge nucléaire à l'aide de calculs. Mais ceux-ci font intervenir des modèles qui, pour être ajustés, doivent être confrontés à des expériences de laboratoire simulant les réactions qui se produisent aux différents étages d'une arme. Les expériences de simulation de l'étage de fusion nucléaire font appel à de très puissants lasers, comme le laser Phébus, qui permettent de recréer en laboratoire les conditions d'une explosion nucléaire.

Le laser Phébus

Ce laser engendre 2 importants faisceaux. Focalisés sur une minuscule cible de verre, contenant un mélange gazeux de deutérium et de tritium, ils délivrent pendant quelques milliardièmes de seconde une puissance telle que la cible explose. comprimant ce mélange gazeux jusqu'à 10 fois la densité d'un solide et élevant sa température de plusieurs millions de degrés. Les réactions de fusion se trouivent ainsi enclenchées. Les particules émises sont captées puis analysées afin d'étudier en détail ce qui se produit au coeur de la tourmente.

Les objectifs des essais nucléaires étaient de tester et d'analyser le fonctionnement des charges nucléaires. Ils devront désormais être stimulés.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site