Le nucléaire dans l'opinion publique

Aucune autre technologie, même potentiellement destructrice, n'a jamais suscité autant de visions catastrophiques que l'énergie nucléaire.

Les images du nucléaire

L'énergie nucléaire excite l'imagination populaire.

Perçue tour à tour comme diabolique ou merveilleuse, elle cristallise autour d'elle les craintes les plus profondes et les attiarnces les plus fortes.

L'engouement

Le début du siècle témoigne d'une vision quasi chimérique de la radioactivité. Des affiches publicitaires en exaltent les bienfaits, la présentant comme la nouvelle panacée. L'atome semble pouvoir apporter une réponse à de nombreux maux. Des stations thermales et des marques d'eaux minérales vantent la qualité radioactive de leurs eaux. Mais les explosions nucléaires d'Hiroshima et de Nagasaki, par leur puissance destructrice, entament en profondeur cet enthousiasme, cristallisant les peurs les ancestrales et attachant à l'énergie nucléaire une image apocalytique.

Un avenir prometteur

Les années 1950 cependant, le nucléaire civil, que les autorités s'efforcent de dissocier du nucléaire militaire, bénéficie d'un certain prestige et d'une aura de nouveauté. Il est une transgression, un défi à la nature. Il est aussi une source potentuielle de grandes quantités d'énergie. L'opinion publique est confiante et soutient les modes d'organisation de la société industrielle alors en pleine croissance. La science et la technique fascinent et sont confirmées dans leur rôle de moteurs sociaux.

L'inquiétude

L'angoisse, attisé par les essais nucléaires atmosphériques, commence timidement à s'exprimer dans les années 1960, lors de l'apparition des 1res centrales.

Au fur et à mesure de l'entrée du nucléaire dans le quotidien et de sa banalisaton, ce désaveu modéré fait place progressivement à une opposition plus forte qui s'organise sautour d'une remise en cause globale de la société industrielle. De magique, le nucléaire civil commence à devenir maléfique.

La contestation

Dans les années 1970, le nucléaire civil est présenté par les autorités comme la seule solution face à la crainte d'une pénurie des énergies. Il acquiert ainsi un caractère d'obligation et de nécessité qui a pour conséquences une intensification de controverses et l'extension des mouvements antinucléaires.

En 1986, l'accident de Tchernobyl montre que le risque en réel et qu'il est sans frontières, exacerbant encore l'anxiété du public.

Considéré d'abord par l'opinion publique comme une conquête du génie humain, le nucléaire est progressivement perçu comme une menace, fruit d'une trop grande audace qui pourrait devenir fatale.

1 vote. Moyenne 1.00 sur 5.

Commentaires (1)

1. Rivera 27/02/2012

Cet article utilise bien trop de mots compliqués pour au final ne rien dire du tout. Il faut arreter de se prendre autant au sérieux et parler plus clairement et simplement. Ce n'est pas en faisant de grandes phrases que le message passe. A méditer..

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site