Que faire des déchets nucléaires ?

Comme toute activité humaine, l'industrie nucléaire génère des déchets. Et même si ces déchets ne constituent qu'une part minime de la totalité des déchets produits par la société, leur toxicité est grande.

Des déchets très particuliers

Les déchets de faible activité et de courte durée de vie sont issus essentiellement de l'exploitation des centrales nucléaires. Ceux à vie longue proviennent surtout des combustibles irradiés et des usines de fabrication et de retraitement du combustible. Ces déchets sont très toxiques et l'on ne sait pas aujourd'hui les traiter pour en diminuer la nocivité. Bien qu'ils présentent l'avantage de se dégrader dans le temps, car leur radioactivité diminue spontanément, certains ont une durée de vie si longue qu'il faudrait attendre jusqu'à un million d'anées pour pouvoir les considérer comme ne présentant plus aucun danger.

Alors, que faire de ces déchets ?

Acutellement, la seule issue est le stockage. Il s'agit de les isoler, en les conditionnant de façon étanche et en les entreposant dans des lieux appropriés. Mais pour les décehts à vie longue, un stockage en surface n'est pas acceptable. Il est donc envisagé de les enfermer dans des galeries profondes, stables, imperméables et sans écoulement d'eaux souterraines. L'Andra a été chargée de la recherche de sites potentiels de stockage souterrain et de la réalisation de laboratoires souterrains destinés à l'étude de la faisabilité d'un tel stockage. Une 2e solution, à long terme, est aussi examinée. Il s'agirait de trier les éléments à vie longue puis de les transmuter en éléments à vie plus courte par incinération dans des réacteurs ou dans des accélérateurs de particules.

Les craintes sont-elles justifiées ?

Le stockage des déchets radioactifs soulève de vives protestations chez les écologistes et parmi les populations concernées par d'éventuels sites de stockage. Il est certain que la toxicité de ces déchets peut faire craindre le pire, surtout quand les protections élémentaires de sécurité ne sont pas respectées, comme au centre de stockage de surface de la Manche (1er centre de stockage français!) dont la fermeture pour une mise sous surveillance d'une durée de 300 ans a été suspendue en raison de sa mauvaise isolation et de la présence de déchets non autorisés, dont du plutonium. Après examen, ce centre ne devrait pas pouvoir être rendu à la nature avant des millénaires ! Par ailleurs, la question de la sûreté sur un très long terme reste entière car comment peut-on prétendre au maintien d'une stabilité, à la fois politique et géologique, suffisante pendant des siècles? Avons-nous dans ce cas le droit de faire un tel legs aux générations futures ?

Le devenir à long terme des déchets nucléaires est un problème loin d'être résolu. Il demeure encore aujourd'hui du domaine de la recherche et suscite une légitime appréhension.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×