Peut-on renoncer à l'énergie nucléaire ?

L'énergie existe à l'état naturel sous différentes formes. Mais son exploitation par l'homme ne va jamais sans risques.

La politique énergétique française

La France est l'un des rares pays au monde à avoir développé un programme nucléaire aussi important. Avec ses 55 réacteurs en fonctionnement, elle multiplie les risques tout en déployant une surcapacité de production d'électricité. Plus de 75 % de l'énergie électrique qu'elle produit est d'origine nucléaire. Les autres sources d'énergie en exploitation sont l'énergie thermique des combustibles fossiles, l'énergie hydraulique des barrages et l'énergie solaire.

De l'usage des combustibles

Une centrale nucléaire ne rejette quasiment pas de produits toxiques, mais en revanche elle fabrique en permanence des décehts radioactifs dont on ne sait que faire. En outre, le risque potentiel d'une dissémination accidentelle de la radioactivité n'est pas nul. Alors, pourquoi ne pas opter pour les centrales thermiques ? Parce qu'elles ne sont pas plus la panacée. Elles utilisent des combustibles qui ne sont pas inépuisables et elles polluent en rejetant en permanence des fumées toxiques. Ces fumées contiennent d'une part des quantités variables de dioxyde de carbone, qui contribue à l'effet de serre et donc au réchauffement de la planète, et d'autre part des quantités de dioxyde de soufre ou d'oxydes d'azote, responsables de pluies acides.

De la rentabilité des différentes filières

Le prix de revient de l'électricité nucléaire était apapru jusqu'à présent comme avantageux. mais en raison du coût probable de la gestions de démantèlement, en raison aussi de la baisse du coût des énergies fossiles dont la découverte de nouveaux gisements a différé les perspectives d'épuisement des réserves, certains financiers sont sceptiques quant à la rentabilité decette filière énergétique.

Alors que choisir pour demain ?

Une 1re mesure pourrait consister à diversifier les ressources en exploitant, au maximum de leur capacité, les énergies renouvelables (hydraulique, solaire et éolienne), peu soutenues par le passé. Les recherches en vue de l'utilisation des ressources en chaleur de la croûte terrestre, réchauffée en permanence par le noyau en fusion de la planète, pourraient être davantage encouragées. Le rendement des centrales thermiques, qui dissipent inutilement dans la nature les 2/3 du pouvoir énergétique de leur combustible, pourrait aussi être amélioré et les nuisances réduites. La France pourtant renoncer à vendre d'électricité à l'étranger... Mais aucune de ces mesures ne permettrait de remplacer toute l'énergie produite par les centrales. Face au risque du nucléaire et en l'absence d'une énergie de remplacement réellement satisfaisante, ne pourrait-on pas essayer de mieux utiliser l'énergie et d'en dépenser moins ? Sommes-nous, individuellement et collectivement, disposés à cela ?

Il n'existe pas aujourd'hui d'énergie de remplacment plus économique et plus écologique que l'énergie nucléaire. Mais varier les sources d'énergie et mieux gérer la consommation devraient permettre de réduire les risques.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site